« Considérons comment il nous faut être en présence de la Divinité et de ses Anges, et quand nous nous tenons debout pour psalmodier, faisons en sorte que notre esprit concorde avec notre voix. »

Translatio

03 juin 2017

PENTECÔTE 3)

Lire l'article sur le Mystère de la Pentecôte...

Dans la nuit de la vigile de la Pentecôte on conférait à Rome dans la basilique du Latran les sacrements de baptême et de confirmation, ce qui donnait à cette vigile le même caractère que la nuit pascale. Au XIIe siècle, la cérémonie était anticipée dans l’après-midi, et le Pape se rendait à Saint-Pierre au coucher du soleil pour célébrer les Vêpres et l’office solennels. C’est ce qui explique l’ordre liturgique des cérémonies actuelles. La messe est, en fait, une messe nocturne, qui est déjà celle de la Pentecôte ; les vêtements liturgiques sont de couleur rouge. L’introït est extrait d’une prophétie d’Ézéchiel, qui, au sens littéral, concerne le sort futur d’Israël, mais au sens figuratif, se rapporte à l’effusion du Saint-Esprit sur les chrétiens.

Selon le rite romain primitif, il y avait douze leçons, chantées en grec et en latin. Saint Grégoire le Grand les réduisit à six. Elles sont suivies de cantiques et d’oraisons. On administrait pendant ce temps le baptême et la confirmation, puis on remontait ensuite dans la basilique pour y chanter le Gloria, le Kyrie ayant pour fonction d’assurer la transition entre la vigile et la messe proprement dite. Comme dans la nuit pascale, à l’Évangile, on ne porte pas de flambeaux : le cierge béni au commencement de la vigile faisant fonction de luminaire. [1]


Le B. Notker de Saint-Gall
La séquence Veni sancte Spiritus qui figure aujourd'hui au Missel est attribuée par quelques-uns à Innocent III ; en tout cas, elle en remplace une autre qui était fort belle : Sancti Spiritus adsit nobis gratia, mentionnée dans les Ordines Romani du XVe siècle, et dont l'auteur est le bienheureux moine Notker de Saint-Gall. On raconte que, lorsqu'en 1215, Innocent III entendit chanter cette composition monodique, il s'étonna que son auteur n'ait pas encore été canonisé : Voir la traduction.

Sancti Spiritus adsit nobis gratia, quæ corda nostra sibi faciat habitaculum, expulsis inde cunctis vitiis spiritualibus.

Spiritus alme, illustrator hominum, horridas nostræ mentis purga tenebras. Amator sancte sensatorum semper cogitatuum, infunde unctionem tuum clemens nostris sensibus.

Tu, purificator omnium flagitiorum, Spiritus, purifica nostri oculum interioris hominis. Ut videri supremus genitor possit a nobis, mundi cordis quem soli cernere possunt oculi.

Prophetas tu inspirasti, ut præconia Christi præcinissent inclita. Apostolos confortasti, ut trophæum Christi per totum mundum veherent.

Quando machinam per Verbum suum fecit Deus cœli, terræ, maris, tu, super aquas foturus eas, numen tuum expandisti, Spiritus.

Tu animabus vivificandis aquas fœcundas. Tu adspirando da spiritales esse homines.

Tu divisum per linguas mundum et ritus adunasti, Spiritus. Idololatras ad cultum Dei revocas.

Magistrorum optime, ergo nos supplicantes tibi exaudi propitius, sancte Spiritus, sine quo preces omnes cassæ creduntur et indignas Dei auribus.

Tu, qui omnium sæculorum sanctos tui numinis docuisti instinctu, amplectendo spiritus, ipse hodie Apostolos Christi donans munere insolito et cunctis inaudito sæculis hunc diem gloriosum fecisti.

Tu, qui omnium sæculorum sanctos tui numinis docuisti instinctu, amplectendo spiritus, ipse hodie Apostolos Christi donans munere insolito et cunctis inaudito sæculis hunc diem gloriosum fecisti.


De l'Esprit Saint que nous assiste la grâce pour que nos cœurs deviennent son habitation, étant d'elle tous expulsés les vices spirituels.

Esprit Saint, lumière des hommes, chassez de notre âme les horribles ténèbres. Vous qui aimez toujours les pensées judicieuses, répandez votre onction avec clémence dans nos sens.

Vous Esprit purificateur de toutes les hontes, purifiez l'œil de notre homme intérieur, afin que puisse être vu par nous, le Père que seuls peuvent voir les yeux des cœurs purs.

Vous avez inspiré les Prophètes afin qu'ils célébrassent les louanges illustres du Christ, Vous avez réconforté les Apôtres, afin qu'ils portent à travers tout le monde le trophée du Christ.

Quand Dieu fit par son Verbe le ciel, la terre, la mer, vous, planant sur les eaux, vous avez étendu votre puissance, ô Esprit.

Pour vivifier les êtres. vous fécondez les eaux. Par votre souffle vous donnez aux hommes d'être spirituels.

Le monde divisé par les langues et par les mœurs, vous l'avez réuni, ô Esprit, vous rappelez au culte de Dieu les idolâtres.

Ô vous, le meilleur des maîtres, nous vous supplions donc, exaucez-nous favorablement, Esprit Saint, sans qui toutes les prières sont vaines, et indignes des oreilles de Dieu, nous le croyons.

Vous qui, dans tous les siècles, avez enseigné les saints par une impulsion de votre volonté, les entourant de l'Esprit ; aujourd'hui aux Apôtres du Christ donnant un présent inaccoutumé et inouï à travers les siècles vous avez fait ce jour glorieux.




[1] Dom Schuster, Liber sacramentorum IV, p. 180.

Réécouter la séquence : Sancti Spiritus adsit nobis gratia !